Événement Marketing et vente 360

See on Scoop.it« R »évolution Vente

Marketing et vente 360. 5-6 février 2013 au Centre des congrès de Québec. Talentuum y sera présent comme conférencier.
See on colloquium.ca

La « Vente Incisive »: le choix des meilleurs vendeurs

vente incisiveLes entreprises canadiennes sont confrontées à une clientèle B2B et B2C de mieux en mieux informée et qui, conséquemment, contrôle de plus en plus le cycle de vente. Face à ce changement de comportement d’achat, les professionnels de la vente doivent drastiquement modifier leur approche et devenir INCISIFS.

Une récente étude publiée par le Sales Executive Council aux États-Unis indique que les professionnels du développement des affaires qui obtiennent aujourd’hui les meilleurs résultats de vente sont ceux qui adoptent l’approche de « Vente Incisive », appelée également Challenger Sale.

Tout d’abord, le « vendeur incisif » ÉDUQUE ses prospects et ses clients. C’est-à-dire qu’il ose identifier les besoins pour eux, car le « vendeur incisif » possède une connaissance approfondie des enjeux de l’industrie et des défis de son client.

Ensuite, le « vendeur incisif » ADAPTE son offre d’affaires en fonction des besoins respectifs de l’ensemble des décideurs œuvrant chez ce même client. Il tient compte des préoccupations et des projets de chacun d’eux.

Enfin, le « vendeur incisif » garde le CONTRÔLE de bout en bout du cycle de vente. Non seulement il met au défi le client dès sa première rencontre en ce qui a trait au projet à réaliser, mais il simplifie le processus d’achat pour qu’il soit le moins complexe possible. Il sait mettre en place des tensions constructives tout au long du processus de vente, afin de renforcer son emprise sur le processus décisionnel.

En somme, les entreprises qui auront du succès au cours des prochaines années, emploieront des équipes de « vendeurs incisifs » qui sauront bien utiliser les informations stratégiques, provenant du service marketing ou de leurs propres recherches, sur les  enjeux des industries de leurs clients et prospects.

Si vous désirez transformer la culture vente de votre entreprise, pour faire en sorte que vos professionnels de la vente deviennent plus incisifs, contactez TALENTUUM.

Louis Larochelle
Vice-président Services professionnels
Talentuum
llarochelle@talentuum.com

Vous pensez connaître le processus d’achat de vos clients ?

Avant jeudi dernier, j’avais moi aussi l’impression que notre entreprise connaissais très bien le processus d’achat de nos clients. Nous pensions également connaître les vrais acheteurs de nos solutions. Et bien jeudi dernier, j’ai déchanté à la suite d’une conférence sur les réseaux sociaux et la vente B2B organisée par Linked Québec. J’ai en effet réalisé que le processus d’achat de nos acheteurs potentiels avait totalement changé au cours des 10 dernières années.

Voici un exemple donné par Dominic Bell, conférencier : « Il y a 10 ans, un couple qui voulait acheter une piscine allait en magasin et rencontrait un vendeur qui leur posait plusieurs questions pour identifier leurs besoins. Aujourd’hui, le vendeur n’a plus du tout le contrôle du processus d’achat, car le même couple s’est largement informé sur internet, avant de se déplacer en magasin. Conséquemment, lorsqu’il discute avec le vendeur, c’est l’homme ou la femme qui pose des questions et qui contrôle la discussion. »

Cet exemple démontre que l’évolution fulgurante de l’internet et des réseaux sociaux a un impact non seulement sur les consommateurs, mais aussi les acheteurs dans les entreprises. Vous devez donc maintenant vous posez les questions suivantes: 1) Quels sont les acheteurs véritables de nos produits?; 2) De quelle manière s’informe-t-il lorsqu’ils cherchent une solution pour leur entreprise?; 3) Dans quelle mesure ils utilisent le web pour rechercher des fournisseurs potentiels et évaluer leur crédibilité? Etc.

Les courriels et les appels à froid sont morts, parce qu’ils n’ont plus aucun impact auprès des décideurs dans les entreprises. Alors, comment allez-vous approcher vos clients potentiels à partir de maintenant? Comment allez-vous maintenir le contrôle du processus de vente?

Louis Larochelle
Vice-président Services Professionnels
Talentuum
(514) 697-2542

Les CFO sont appelés à évaluer la valeur des investissements en RH, qualité, marketing et technologie

Qu’il porte le titre de CFO (Chief Financial Officer), VP Finance ou Directeur des finances, celui ou celle qui occupe ce poste a vu son pouvoir augmenter significativement au cours des dernières années dans nos organisations. Le magazine The Economist a d’ailleurs sacré 2009 comme année des CFO. Cette publication renommée voit ce poste de direction comme étant celui qui orientera le plus les entreprises pour les aider à sortir de la récession. Toujours selon ce périodique, les personnes qui occupent ce poste sont les mieux positionnées pour s’assurer dans l’avenir que la valeur est présente dans tous les processus de nos organisations. Une autre recherche suggère que le CFO est plus directement impliqué dans diverses fonctions auxquelles il n’est normalement pas associé. Par exemple, une recherche de Gartner prouve que des exécutifs tels que les directeurs de l’informatique ou CIO (Chief Information Officer), ainsi que les directeurs ou vice-présidents des ressources humaines se rapportent de plus en plus au CFO.

La montée en grade des responsables de la fonction finance s’explique par le fait que les présidents d’entreprises essayent désespérément de comprendre la valeur de plusieurs de leurs dépenses. Ils sont conscients du fait que l’évaluation du ROI ne doit plus se limiter aux investissements en capital pour des équipements ou autres actifs immobiliers. Pour preuve, seulement 15% des dépenses des compagnies sont réellement des dépenses d’investissement. En fait, la plupart des dépenses concernent les ressources humaines, la qualité, le marketing et les technologies. Par conséquent, il est devenu logique pour le président de demander l’aide du CFO pour démontrer la valeur des dépenses non capitalisées. Pour beaucoup de sociétés, la dépense la plus importante est associée aux ressources humaines. Pourtant beaucoup de cadres ne savent pas la valeur de leurs investissements en termes de capital humain. Lire la suite

Accélérer votre développement des affaires avec Linkedin

LinkedIn, ça sert à quoi ?

Linkedin a déjà 7 ans. Curieux n’est-ce pas, puisque sa popularité semble récente… du moins au Québec. En fait, au cours des 12 derniers mois, le principal réseau social d’affaires au monde a doublé de taille, passant de 35 M à 70 M de membres, dont 2 M au Canada et 500 000 au Québec. Bon, c’est encore peu comparativement aux 500 M d’adeptes de Facebook. En revanche, le profil de ses membres est tout autre. Le membre moyen de LinkedIn fait plus de 100 000 $US par année. Dans ce cas, branché ni signifie pas fauché. Plus important encore, LinkedIn est un réseau d’affaires avant tout. Oubliez donc les photos du week-end et les commérages – les gens font de la vraie business sur LinkedIn.

Encore aujourd’hui, la majorité des gens sont sur LinkedIn parce qu’ils ont reçu maintes invitations. Ils ont alors joint la parade et déposé leur C.V., et attendent.

Dommage, puisque LinkedIn offre de très nombreux bénéfices, et ce, entièrement gratuitement :

1. Communication externe

Oubliez les adresses courriel erronées, les CRM et les applications de campagnes de courriels – LinkedIn a tout simplifié et tout intégré. Lire la suite

Soyez un as du service à la clientèle

Combien d’agents du service à la clientèle faut-il pour visser une ampoule?

Quatre. Un pour recueillir les renseignements. Un autre pour vous rappeler et vous demander de répéter les mêmes renseignements que vous venez de donner à la première personne. Un troisième pour vous dire que vu qu’il s’agit d’un centre d’appel, vous ne pouvez parler à la même personne que la première fois. Finalement, un quatrième pour vous dire que l’entreprise cessesa fabrication d’ampoules et que vous devez la mettre en place vous-même.

D’accord, ce scénario est un peu exagéré, mais je suis certain que nous avons tous eu le « plaisir » de téléphoner à une entreprise pour faire part d’une plainte et tourner en rond.

Faites-moi une faveur. Prenez une seconde et pensez à ce qui se produit de plus frustrant lorsque vous téléphonez à une entreprise pour déposer une plainte. Je parie que votre liste ressemblera un peu à celle-ci : Lire la suite